L’automne en Corée du Sud

Après vous avoir fait un article sur l’été en Corée du Sud, je vous propose de continuer dans la série des saisons avec l’automne. Je ne vais cependant pas revenir sur les généralités que j’ai pu aborder sur le premier article consacré aux saisons.

Du grand soleil à la neige

L’automne se déroule en septembre, octobre et novembre. Ces trois mois peuvent avoir des différences de températures qui varient du simple au double.

En effet, en septembre il fait encore très bon dehors et les températures peuvent avoisiner les 25°C facilement pour les maximales mais par contre, dès la mi-novembre les températures peuvent descendre dans le négatif pour les journées les plus froides.

En 2018, le mois d’octobre a été relativement bon, j’ai une photo de moi prise le 21 octobre en pull léger, les manches relevées parce que j’avais trop chaud lors d’une sortie. Par contre une fois le soleil couché, l’air frais se ressent nettement plus, surtout après un très bel été où on étouffait presque tellement il faisait chaud.

La première neige de novembre, souvent vers le 20 du mois, annonce clairement la fin de cette saison et permet d’accueillir l’hiver doucement. En 2018, la première neige est tombée le 24 novembre, mais même si elle était plus ou moins attendue par les météorologues, aucun ne s’attendait à ce qu’il y ait entre 5 et 8 cm de neige sur la capitale. C’est un record depuis de nombreuses années.
Fait amusant, les Coréens ont massivement téléchargé la chanson First Snow de EXO, sortie en 2013, lors de la première neige de l’hiver 2018/2019, la faisant remonter à la 45e place des chartes. 


Les jours fériés en automne

Les mois de septembre et octobre regorgent de quelques jours fériés qui sont très attendus en Corée du Sud.

L’une des fêtes les plus attendues est celle du Chuseok qui est la fête des moissons. Elle se déroule du 14e au 16e jour du 8e mois lunaire. En gros, elle tombe soit en septembre, soit en octobre.
En 2018, le Chuseok a eu lieu du lundi 24 septembre au mercredi 26 septembre. Avec le weekend, ça pouvait faire quatre à cinq jours de repos et ainsi permettre aux familles de se retrouver (si vous voulez en savoir plus sur le Chuseok). 

Les jours fériés ne sont pas encore finis car le 3 octobre c’est le Gaecheonjeol, qui est la fête nationale coréenne, et le 9 octobre c’est la journée de l’Hangeul, l’alphabet coréen.

Je vous mets aussi le lien vers l’article sur les dates importantes en Corée.

Il y a un autre jour que les Coréens aiment bien fêter mais qui n’est pas férié, c’est celui du Pepero Day. Il a lieu le 11 novembre. Les Pepero sont des gâteaux qui ressemblent beaucoup à nos Mikado et qui sont donc en forme de bâtons. Le 11/11, ça fait deux fois deux bâtons donc ça fait penser à ces biscuits. Les magasins proposent des packs spéciaux pour cette journée là.  

Je vous mets une vidéo en anglais et coréen (mais avec les images vous comprendrez) de comment faire des Pepero.


Les couleurs de l’automne

Les Coréens adorent cette saison. J’ai le souvenir de mes profs de langues nous racontant combien ils aimaient cette période de l’année plus que les autres (avec le printemps). Il n’y fait pas trop chaud comme en été, ni trop froid comme en hiver. De plus, il n’y a pas non plus les deux semaines de pluies consécutives si typiques à l’été. Cette saison est également propice à quelque chose que beaucoup des Coréens aiment : la randonnée !

L’automne permet donc de faire des sorties un peu physiques telles que des randonnées dans les montagnes, sans souffrir de la chaleur accablante. Le changement de couleurs des feuilles crée un spectacle époustouflant qui plaît à beaucoup de personnes. Il faut généralement attendre le début du mois d’octobre pour que les arbres revêtent leur manteau doré.

Le combo paysages aux couleurs intéressantes + passion des Coréens pour les randonnées + températures agréables = les Coréens sont très friands de l’automne.

Automne 03
Petite balade dans le palais Changgyeonggung (© moi)

L’Ondol, un moyen traditionnel de chauffage au sol

L’automne est aussi la saison où l’on commence doucement à mettre le chauffage. Cela me permet donc de vous parler d’un moyen typique coréen de chauffer les maisons traditionnelles : londol, qui est une façon de chauffer une pièce par le sol.

Les maisons traditionnelles et les palais étaient construits de façon à ce que certaines pièces soient agréables à vivre lors de la saison froide par un chauffage au sol. Des tranchées passaient sous le sol des pièces et avec un feu à l’entrée de celles-ci, la chaleur émanant de la combustion permettait de chauffer l’air de la pièce. L’air chaud remontant toujours, une pièce chauffée par le sol sera donc très agréable à vivre. Le sol n’est pas froid, y marcher ou s’asseoir y est confortable et l’air ambiant est doux.

La fumée sous le sol de l’habitation étaient évacuées par des cheminées soit attenantes au mur, soit reliées quelques mètres plus loin par un conduit d’évacuation. Ces cheminées sont décorées et se fondent dans le paysage et les jardins.

Certaines entrées de chauffage étaient l’endroit où les repas étaient cuits. Ainsi on fait d’une pierre deux coups, on cuit les aliments et on chauffe l’habitation.

Aujourd’hui, les maisons ne sont pas chauffées avec du bois mais le système de chauffage au sol est resté. C’est par un système hydraulique dans le sol de l’habitation et par l’appui d’un petit bouton que l’on obtient cette douce chaleur. Les Coréens adorent toujours autant s’asseoir par terre pour faire tout et n’importe quoi.

Ondol
Cheminée d’une maison traditionnelle qui permet aux fumées de s’évacuer – Village traditionnelle de Namsan (© moi)

Yeontan, les briquettes de charbon pour se chauffer

Continuons dans les moyens de se chauffer et parlons des yeontan. Ce sont des briquettes de poussières de charbon agglomérées qui servent d’alternatives au bois. Elles possèdent des alvéoles trouées pour faciliter la combustion et permettre de les attraper avec une pince pour les changer.

Une maison a besoin d’une à trois briquettes par jour pour rester à une température correcte. Cette façon de se chauffer a été introduit par les Japonais dans les années 1920 et a été beaucoup utilisé jusqu’aux débuts des années 1990. En 2001, seuls 2% des ménages se servait des briquettes pour se chauffer. Ce sont les chaudières qui ont remplacer l’utilisation des yeontan. Cela a plusieurs avantages comme ceux de ne pas avoir besoin de changer les briquettes régulièrement et d’être moins dangereux. En effet, elles rejettent du monoxyde de carbone et si elles sont mal utilisées, cela peut intoxiquer une habitation et causer des décès.

Fait malheureux, les briquettes sont parfois utilisées comme moyen de suicide.
Fait plus joyeux, les célébrités coréennes aident souvent les personnes défavorisées en leur apportant des briquettes et en les entreposant dans des réserves.

seungri-1
Seungri et son père avec des briquettes pour aider des locaux (source)

Voilà, ce court article sur l’automne touche à sa fin. J’espère qu’il vous a plu.

Si vous avez des envies particulières d’articles, n’hésitez pas à les proposer et on pourrait l’écrire ! En attendant, ne soyez pas gênés d’aimer et partager l’article !

Céline ! (Merci à Léa pour son aide)


SourcesRecord neigeOndolFirst Snow – EXO, YeontanRandonnée + expérience personnelle

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :