Les débuts japonais des groupes coréens

Comme vous le savez sur ce blog, on se concentre sur la Corée du Sud, sa culture, sa musique… Aujourd’hui, on va un petit peu bifurquer vers le Japon. Rassurez-vous, on ne va pas devenir un blog sur le pays du soleil levant, mais on va aller analyser ensemble comment les groupes et artistes coréens débutent au Japon.

Pourquoi débuter au Japon ?

La Kpop a commencé à s’exporter massivement au Japon dès les années 2000. Cela est du, notamment, au succès des débuts japonais de BoA qui, dès 2002, atteint le top de l’Oricon (un des classements musicaux japonais) avec son album Listen To My Heart, regroupant des anciens titres coréens en version japonaise et des nouvelles chansons.
En 2003, le drama Winter Sonata a particulièrement plu auprès du public nippon, permettant au marché musical coréen de s’exporter encore plus facilement dans le pays voisin.

Pour ce qui est des groupes aux tendances rock, le Japon leur permet de proposer des titres plus punk-rock qu’en Corée du Sud, où le public est moins friand de ce style. Ils préfèrent le pop-rock, plus calme. FT Island disait dans une interview de 2016 que le genre de rock qui leur plaît plus (à savoir le punk-pop-rock) avait du mal à se répandre au pays du matin calme. D’ailleurs, de nombreux titres japonais de ce groupe sont plus puissants musicalement parlant que leurs titres coréens.

Puis une autre des diverses raisons, et pas des moindres, sur l’envoi des groupes coréens au Japon, c’est l’argent à se faire. Les Japonais sont très ouverts concernant la musique et il y a un fort public.
Des groupes peu populaires en Corée peuvent cartonner comme jamais au Japon ; c’est le cas de U-KISS ou, plus récemment, UP10TION. Je reparle de ce groupe un peu plus tard.

Des pré-débuts japonais

La plupart du temps, les groupes débutent au Japon entre 1 et 3 ans après leur début coréen. Cependant, il arrive que certains groupes commencent sur l’archipel nippon avant d’arriver sur la scène coréenne.

C’est par exemple le cas de CN Blue qui a sorti, le 19 août 2009, le mini-album Now Or Never au Japon, contenant cinq chansons toutes en anglais. Le groupe a ensuite officiellement débuté en Corée le 14 janvier 2010 avec la chanson I’m A Loner.

 


Ce n’est pas le seul groupe à avoir commencé sa carrière ainsi ; il y a aussi N.Flying (décidément la FNC Ent. aime faire débuter certains groupes chez leur voisin avant de le faire dans leur propre pays), qui, eux, ont sorti sur le territoire nippon leur premier single Basket en 2013 puis ont attendu deux ans pour démarrer en Corée avec leur single Awesome.

Des versions japonaises de leurs chansons coréennes

Souvent, les agences ne s’embêtent pas trop pour les débuts japonais et traduisent simplement les paroles d’une de leur chansons (la plus populaire ou la plus récente) dans la langue du pays visé.

Ce petit tableau va vous montrer quelques exemples : 

Groupe Titre Sortie en Corée Sortie au Japon
BTS No More Dream 12 juin 2013 4 juin 2014
EXO Love Me Right 3 juin 2015 4 novembre 2015
SNSD Genie 29 juin 2009 septembre 2010
Twice Like Ooh Ah 7 octobre 2015 28 juin 2017 
Kara Mister 31 juillet 2009 11 août 2010
EXID
Up & Down 24 août 2014 22 août 2018

 

Dans ces cas là, il est possible de retrouver dans les albums des titres totalement nouveaux. Titres qui quelques temps après peuvent être produits dans la langue coréenne, mais ce n’est pas systématique.
Par exemple, dans le mini-album japonais No More Dream de BTS, on trouve deux nouvelles chansons complètement en japonais qui sont The Star et Wake Up. Dans le mini-album Countdown d’EXO, il y a une nouvelle chanson spéciale qui est Drop That.

Ce choix de promotion est fait pour attirer le public japonais via une chanson qu’ils ont pu entendre dans une autre langue, tout en leur proposant un nouveau contenu spécialement fait pour eux avec des titres exclusifs.

Toutes les agences ne suivent pas ce chemin ; en effet l’album #Twice de Twice ne contient que des anciennes chansons coréennes chantées en japonais. Dans l’exemple où la chanson de début coréenne et la chanson de début japonaise est la même, on peut voir l’évolution des groupes sur une chanson où ils n’étaient encore pas très à l’aise au début !

Nous avons aussi l’exemple des chansons hybrides, à moitié en japonais et à moitié en coréen. On peut retrouver cet exemple dans Warrior de B.A.P où les raps de Yongguk et Zelo restent en coréen alors que le chant, lui, est en japonais. On peut trouver différentes raisons : ils n’avaient pas encore appris le rap japonais à ce moment là, traduire les raps aurait dénaturé le tempo de la chanson, leur aurait donné moins d’impact, etc. Néanmoins, dans l’album, la chanson est tout entière en japonais.

Mais si plusieurs groupes débutent au Japon avec une chanson coréenne traduite, beaucoup développent une carrière « inédite » au Japon par la suite, avec souvent des chansons japonaises d’un niveau aussi qualitatif que les productions coréennes (en tout subjectivité). Ex : SNSD, TVXQ, Twice, BIGBANG

En règle générale, les promos au Japon ne durent jamais bien longtemps mais il peut y avoir des exceptions quand un groupe fonctionne beaucoup (ou qu’il est foutu au donjon coréen). Un bon exemple est le groupe iKON qui est resté plus d’une année sur l’archipel nippon.

Des nouveaux titres

D’autres agences font le choix de promouvoir une chanson totalement nouvelle pour leur public.

Encore une fois un petit tableau va résumer tout ça : 

Groupe Titre coréen et date de début Titre japonais et date de début
Seventeen Adore U (26 mai 2015) Call Call Call (30 mai 2018)
UP10TION So Dangerous (10 septembre 2015) ID (27 février 2015)
GOT7 Girls Girls Girls (20 janvier 2014) Around The World (22 octobre 2014)
Red Velvet Happiness (1 août 2014) #Cookie Jar (4 juillet 2018)

 

Dans ces albums, on retrouve des anciennes chansons du groupe mais cette fois-ci en langue nippone et quelques fois, plusieurs nouvelles pistes :

Seventeen a par exemple Highlight, 20, Lean On Me et Love Letter en version japonaise en plus de Call Call Call qui est leur première chanson inédite, tandis que Red Velvet n’a transformé que Dumb Dumb, Russian Roulette et Red Flavor et ont ajouté #Cookie Jar, Aitai-Tai et Cause It’s You en nouvelles pistes.

Des MVs de qualité… approximative

Si on peut voir une sorte de facilité chez les agences avec les anciennes chansons coréennes traduites en japonais, on peut facilement deviner les budgets qu’elles y allouent au niveau des MVs. Que ce soit une chanson inédite ou une vieille chanson, dans ce dernier cas, la comparaison entre le clip coréen et le clip japonais est souvent dépréciative vis-à-vis de ce dernier. Détrompez-moi si vous n’avez pas cette impression, mais personnellement, j’ai quasiment toujours trouvé que les MVs japonais faisaient très bas de gamme comparés à certains MVs coréens. Du coup, quand il arrive que les agences mettent le paquet dans des clips japonais, je suis agréablement surprise ! Mais j’ai l’impression que c’est une tendance qui appartient beaucoup plus à la « vieille » Kpop (2002/2015~). En fait, la qualité évolue sûrement parallèlement aux changements de looks des années et à la technologie disponible.

Parce que, par exemple, les clips de No More Dream et Danger de BTS ne sont pas très différents suivant les versions. Par contre, on change complètement avec le MV de Blood Sweat and Tears qui change complètement d’atmosphère comparé à la version coréenne (et semble s’inscrire dans la continuité de l’histoire I Need U/Run) ! Le même exemple se retrouve dans les deux MVs de TT de Twice.

Sinon, niveau vieillesse, nous avons Survivor de TVXQ qui encaisse bien ses années 2009 et sa qualité maximale de 480p, ou encore  Galaxy Supernova de SNSD qui reflète bien l’ancienne tendance de la SM des MVs en boîtes (si vous n’avez pas connu cette époque, estimez-vous heureux). La différence des MVs de SHINee est aussi flagrante, quand on compare leurs MVs de 2011 avec leurs MVs de 2015 par exemple, ou même les clips des solos de Taemin.

Ils arrivent aussi que les MVs japonais soient très délirants : FT IslandPuppy, D-Lite – Look at me, Gwisun ou encore le clip de Ka-CHING! de EXO-CBX.

Un autre cas également sont des chansons d’albums qui possèdent un clip mais uniquement en version japonaise ; c’est le cas de Excuse Me de B.A.P qui est un des MVs japonais que Léa préfère.

Pour certains, cela permet aussi d’offrir un MV plus neuf à une chanson plus vieille. Par exemple, She’s Back d’Infinite est sorti en août 2010 en coréen (une des premières chansons du groupe) et est sortie en japonais en juillet 2012 avec un MV estival tout beau tout neuf !

On vous donne en petit bonus quelques MVs japonais que nous aimons bien, qui ne sont pas forcément des débuts :
Liste de Léa : TWICE – BDZ, SNSD – Time Machine, AOA – Give Me The LoveEXO – Electric Kiss et Taemin – Sayonara Hitori.
Liste de Céline : BIG BANGTell Me Goodbye, FT IslandShadow, SHINeeFire, SeventeenCall Call Call

Quelques anecdotes sur les débuts japonais

Maintenant qu’on a vu différentes manières de débuter au Japon, on va pouvoir parler de records et choses surprenantes parmi quelques débuts japonais.

UP10TION : Le groupe détient à ce jour le record de copies vendues en une journée pour les débuts d’un groupe masculin. Pas moins de 167 000 exemplaires se sont écoulés dès le premier jour. Ils battent ainsi le précédent record détenu par EXO avec 147 000 copies.

2PM : Le groupe a débuté au Japon en mai 2011 avec la chanson Take Off qui n’est qu’autre que la chanson de fin (ending) de l’animé Blue Exorcist. C’est une façon originale de démarrer dans un pays.
Par contre, ils ne sont pas les seuls à avoir fait des génériques d’animés, on peut citer entre autres TVXQ (Share The WorldOne Piece) et BoA (Every HeartInuyasha) qui se sont également prêtés à l’exercice plusieurs fois.

Infinite : Le groupe a réussi à débuter de façon non officielle avant d’avoir des débuts officiels.
Je vous explique : le groupe a commencé en Corée le 9 juin 2010 avec le titre Comeback Again et le 26 janvier 2011, la version japonaise de Comeback Again, intitulée To-Ra-Wa en japonais, sort pour être mise en sonnerie de téléphone portable et a atteint le top du classement des sonneries de téléphone. C’est pourquoi ce lancement n’est pas considéré comme officiel.
Leurs vrais débuts au Japon se font quelques mois plus tard, le 19 novembre 2011, avec la version japonaise de leur titre Before The Dawn.

2NE1 : Leurs débuts nippons font penser à ceux d’Infinite. En effet, le 19 janvier 2011, le groupe sort la version anglaise de Can’t Nobody, destinée également à être mise en sonnerie de téléphone.
Leurs débuts officiels se font le 21 septembre 2011 avec l’album Noiza qui contient plusieurs anciens titres du groupe.

Voilà, l’article touche à sa fin. J’espère qu’il vous a plu.


Si ce thème sur la Kpop au Japon vous intéresse, dites le nous en commentaire et ainsi on pourra vous proposer d’autres articles de ce genre.

Questions : Préférez-vous les versions japonaises ou coréennes des chansons de Kpop ?
Quels débuts japonais vous ont le plus plu ?
N’hésitez pas à donner votre avis en commentaire !

Céline et Léa !


Sources : Marché japonaisFT IslandBoaCN Blue, CB Blue (2)EXOSNSDRed Velvet,  SeventeenUP10TIONiKon.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :