Les chorégraphies utilisant des objets spécifiques

Cela fait quelques temps que l’on a pas fait d’analyse de chorégraphies. Cette fois-ci, je vous propose de jeter un œil aux danses qui requièrent un peu de matériel pour être parfaitement orchestrées.

C’est parti pour une petite valse des objets utilisés dans les chorégraphies.

Les rubans

B1A4 – Lonely

Le groupe utilise un ruban qu’ils vont nouer autour de leurs cous au début de la chorégraphie puis le réutiliser un peu plus tard. Dans cette seconde phase de danse avec le ruban, on peut se demander si le tissu ne représente pas la femme qui les a quitté.

Les rubans n’ont pas de couleurs particulières. Suivant la tenue de scène des garçons, ils varient, étant parfois noirs, blancs, rouges ou à motif. Il ne semble donc pas y avoir une connotation spécifique entre la couleur et la chanson qui pourrait jouer sur cette utilisation.

Seventeen – MY I

La chanson parle de présent et futur, des doutes et des questionnements qu’on peut avoir vers l’incertitude du lendemain, mais aussi de la présence de l’autre pour s’en sortir.
Durant quasiment toute la chorégraphie, les deux garçons (Jun et The8) sont reliés par une longue bande de tissu. D’après une explication de la part de The8 : « Ce ruban représente la connexion entre le présent et le futur. Jun est le présent tandis que je suis le futur ».

Vers la fin de la performance, ils se libèrent chacun de ce lien et se mettent à faire des mouvements qui correspondent à leur style de danse, avant de se retrouver au centre et reprendre en main une extrémité du ruban.On peut voir cela comme une tentative de se détacher de tout ce qui les entoure mais que finalement, le lien entre le présent et le futur est inévitable.

Cross Gene – Touch It

Dans cette chorégraphie, chacun des membres ont un ruban accroché à leur poignet. Lorsqu’ils dansent avec, cela symbolise « l’amour subtil entre un homme et une femme » dixit le making-off du MV.

Lorsqu’ils disent «Toi et moi, nous sommes sur le point de nous toucher», ils tiennent le tissu tendu devant leurs yeux. On peut y voir plusieurs connotations. Par exemple, celle que pour vivre heureux (en amour), vivons cachés ; de l’amour qui rend aveugle ou bien celle de l’amour encore un peu timide où l’on ferme les yeux, par peur, le temps du baiser.


Des parapluies

Seventeen – No F.U.N

On retrouve encore ce groupe mais ils aiment faire dans l’originalité…

Pour cette chorégraphie créée peu avant leurs débuts officiels, Hoshi s’est inspiré du film Kingsman pour proposer un concept différent. Comme il l’a dit dans une vidéo de Seventeen Project : « Kingsman est le premier film que moi et Wonwoo avons regardé lorsque nous sommes devenus majeurs ». C’est donc cet attrait pour ce film qui a poussé le danseur à utiliser des parapluies (qui est un accessoire phare du film) pour leur chorégraphies. Lorsqu’ils ont réalisé un an après cette performance à 13, ils ont gardé les parapluies mais les ont parfois aussi remplacés par des simples cannes.

KNK – Rain

Avec un titre comme celui-ci, voir des parapluies dans une chorégraphie est assez logique. La chanson parle de la pluie, que le son qu’elle produit contre la vitre empêche les mots d’arriver à la personne aimée. L’utilisation de cet accessoire est parfaitement gérée par les backdanseurs comme les membres du groupes. Ils les font tournoyer, s’ouvrir et se fermer pour créer différentes ambiances toutes cohérentes avec la chanson.

Ces objets peuvent même servir à en créer d’autres. En effet, à 1 minute 23, c’est une voiture qui est présentée. Les roues sont des parapluies ouverts qui tournent, le devant de la voiture en est un autre et les deux essuies-glaces sont des parapluies fermés. C’est une mise en scène plutôt impressionnante et très originale.


Bâton/Canne

VIXX – Voodoo Doll

Dans cette chanson, tout est en rapport avec le monde mystique de la poupée vaudou, tant le titre que la danse et le MV. L’objet qui est associé au vaudou est souvent une aiguille et il a été décidé que pour cette chorégraphie, un pique géant pouvait faire l’affaire. Tour à tour, les membres du groupe vont se passer le bâton magique et l’utiliser de diverses manières telles que comme micros, aiguille d’horloge ou encore pic d’embrochage. Le passage où Ken fait semblant de transpercer le cœur de N avec le pic a été jugé inapte à la diffusion dans les émissions de télévision et le groupe a dû revoir ce moment.

T-ara – Cry Cry

Cette chanson aurait presque pu aller dans la partie avec les rubans vu qu’elles utilisent aussi un petit voile à un moment, mais la canne est plus présente.

Enfin honnêtement, cet accessoire ne semble pas non plus servir à grand chose dans la chorégraphie. Il reste entre les mains de Hyomin et elle ne danse langoureusement avec que lors de sa petite partie de chant. De plus, il n’y a pas forcément de rapport entre les paroles de la chanson et l’objet. Si l’on veut vraiment une raison à cette utilisation, on peut supposer que cela peut apporter un peu de charme et de classe à la performance.
Pour le voile de tissu, là encore aucun rapport avec le reste excepté cet apport un peu charme à la partie breakdance.

Sistar – Give It To Me 

Le concept de cette chanson d’amour terminé repose sur l’esprit cabaret. Tout le clip et les costumes sont en rapport avec cette ambiance. Afin d’être dans la continuité, la chorégraphie use d’objets qui rappellent cet univers, c’est-à-dire des cannes, des hauts-de-forme et des confettis. 
Leur apparition dure le temps d’un passage de danse mais les cannes sont vraiment maniées et utilisées par des backdanseuses et par Dasom pour rendre la danse sexy et dans le style cabaret.
Les confettis sont lancés par les danseuses qui les cachent au début dans une de leurs mains. Cela rajoute le symbole festif, paillettes et confettis qu’on retrouve dans les cabarets.


Des rideaux

Miss A – Hush

Cette chanson aux paroles assez sensuelles (« Kiss Kiss Kiss Baby, Hush Hush Baby, viens un peu plus près ») se devait d’avoir une chorégraphie du même acabit. C’est chose faite avec l’utilisation de rideaux qui donne presque l’impression de rentrer dans l’intimité des filles. Lorsqu’elles les arrachent, elles proposent une danse glamour en s’aidant d’un cadre métallique, comme si elles acceptaient de se dévoiler.  Tout reste donc concordant dans cette mise en scène.

Sistar – I Like That

On reste dans le sexy avec ce girlsband sauf que cette fois, les paroles racontent comment les filles ont bien remarqué qu’elles s’étaient faites tromper par un homme : « Retourne juste auprès de toutes ces filles avec lesquelles tu as secrètement flirté ».
Afin d’évoquer ce charme sensuel qui a fait craquer l’homme et dont il ne pourra plus obtenir de la part des filles, elles se dissimulent derrière de fins voiles tendus par des backdanseuses. Parfois elles se montrent, parfois elles se cachent pour se dévoiler sans se dévoiler.
A noter que les voiles servent aussi de jupes aux danseuses.

Boyfriend – Witch

Le MV tourne autour d’un concept magique avec des loups et une femme ensorcelante. Pour rester dans cet univers fantaisiste, la chorégraphie du groupe utilise des grands pans de tissus qui semblent bouger tout seuls et qui recréent des espaces sur scène. Les membres jouent à se dissimuler derrière pour réapparaître et ainsi continuer dans l’ambiance mystérieuse.


Des cordes

TVXQ – Something

J’aurais pu mettre cette danse dans la partie micros car ils en utilisent aussi des particuliers mais ce n’est pas l’élément le plus frappant de la chorégraphie. Non, en effet le duo utilise des cordes tendues par des danseurs. Tout au long de la danse, les cordes vont changer d’utilisation suivant le rythme de la musique, c’est-à-dire qu’au début lorsque l’on entend les cordes pincées du violoncelle, les chanteurs reproduisent le geste sur le laçage tendu.
Un peu après, alors que résonnent des sons qui rappellent le cirque, les cordes deviennent une arène de spectacle. Ensuite, elles servent à aider Yunho pour symboliser les différentes notes qui retentissent. Il n’y a qu’à la fin que le mouvement des cordes n’est plus en adéquation avec le rythme musical puisqu’elles servent à apporter une originalité dans la pose finale des performeurs.


Des micros

SHINee – Dream Girl

C’est Testa qui a créé la chorégraphie et pour la rendre plus amusante, d’après les dires de Key, il a proposé de se servir d’un accessoire assez peu courant, c’est-à-dire des micros (même si l’utilisation de cet élément est finalement pas si rare). Par contre, la façon dont les membres dansent avec est assez unique. Ils se servent de leur base ronde pour les faire tournoyer au sol. Onew va jusqu’à le faire tourner dans sa main. C’est une véritable utilisation de tous les atouts du micro qui est mis en place dans cette performance.

Petite note en plus, les managers du groupe accompagné de ceux de Super Junior, SNSD, f(x) et EXO ont fait un cover de la danse en utilisant non pas des micros mais des balais à la place. C’est bien drôle à regarder, je vous mets le lien ICI !

Wonder Girls – Nobody

Contrairement à la chorégraphie précédente, ici les micros ne bougent pas d’un pouce tout en étant un élément important de la performance. Les cinq membres du groupes vont intervertir leurs places devant les micros, tenir leurs manches et danser derrière mais rien de plus.
En apparence, ce n’est pas très utile mais c’est une référence au clip dans lequel les chanteuses qui, sont à la base des soutiens vocales, vont débarquer sur le devant de la scène avec leurs micros pour suppléer JYP qui est coincé aux toilettes.

Shinhwa – Perfect Man

Pour cette chanson, les micros utilisés peuvent monter et descendre au gré des envies des membres. A plusieurs reprises, ils vont les mettre à hauteur de bouche pour donner l’impression qu’ils chantent dedans puis lorsqu’ils se baissent pour un pas, ils font venir le micro avec eux. C’est assez pratique lorsque Hyesung fait un saut type art martial qui nécessite de la place en hauteur.

Par contre, aucun rapport pour un possible lien entre cet accessoire, les paroles ou le MV. Ils ont probablement voulu faire dans l’originalité.

Kara – Step

Lors de la moitié de la chorégraphie, les chanteuses se servent de micros pour s’aider à danser. Les mouvements sont assez sensuels lors qu’elles profitent de la longueur du pied de micro comme barre de danse.

Encore une fois, je n’ai malheureusement pas trouvé d’explication donnée par le groupe ou l’agence à propos du pourquoi des micros. Il n’y a aucun rapport entre les paroles et l’utilisation partiel de cet objet. L’hypothèse la plus probable est sûrement de se démarquer des autres chorégraphies.

 

BTS – Airplane Pt.2

Dans cette chanson au rythme jazzy et cabaret, le groupe se sert d’un micro pour imiter un chanteur qui tente de vivre sa vie avec sa passion. Au départ, il y a un micro pour sept membres, ils sont donc voués à se le partager ce qui crée une sorte de danse.

Lors d’une partie de chanson, J-Hope dit « Mes sentiments sont au-dessus des nuages, je regarde au-dessus des nuages » et à ce moment, deux micros (l’un d’eux a fait son apparition entre temps) sont tenus au-dessus de sa tête. Pour chanter dans le capteur sonore, le rappeur doit lever la tête. De cette façon, un lien explicite est créé entre les paroles et la chorégraphie.


Un overboard

NCT Dream – Chewing-Gum

Un groupe de jeunes âgés de 14 à 17 ans, une chanson mignonne et un MV édulcoré, ce n’était pas assez pour montrer cette jeunesse débutante. L’ajout de faire une chorégraphie sur un overboard permet à la fois d’être original et d’apporter plus d’effets à tous les concepts évoqués précédemment. Comme le disent Mark et Jeno dans le making-off du tournage du clip, ils ont dû s’entraîner des heures pour maîtriser ce nouvel engin.
Un travail qui paie puisque que cela rend la danse unique en son genre.


Des chaussures à roulettes

Speed – What U

Voici une chanson d’amour où les paroles n’ont aucun rapport avec l’objet utilisé dans la danse. Cependant, cet accessoire était si important aux yeux du réalisateur du clip que de très nombreux plans le montre.

L’objet en question se trouve être des chaussures à roulettes fixées dans l’arrière de la semelle. Cela permet de glisser sur le sol en avant, en arrière… Pour marcher normalement, il faut utiliser la pointe des chaussures, ce qui donne une démarche assez particulière quand les garçons réalisent certains pas.

Par ces chaussures atypiques, la chorégraphie semble légère et fluide comme si le groupe dansait sur une patinoire et non le sol dur d’une scène ou d’une salle d’entraînement.


Voilà l’article touche à sa fin. Je vous prépare une partie 2 avec cette fois-ci les chorégraphies qui utilisent des chaises, tabourets… ainsi que des vêtements particuliers tels que des bretelles, capes…

Si vous connaissez d’autres chorégraphies avec des objets atypiques, je suis preneuse, je pourrais les rajouter dans la deuxième partie.

Dites-nous en commentaire quelle chorégraphie vous plaît le plus et n’hésitez pas à aimer et partager l’article s’il vous a plu !

Céline (merci à Leïla et Léa pour leur apport de quelques titres)


Source : Voodoo Doll 

Un commentaire sur “Les chorégraphies utilisant des objets spécifiques

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :