Comprendre la Corée du Nord en 2017 (Partie 3)

PARTIE 3 : Une militarisation à l’extrême

On se retrouve aujourd’hui pour la 3ème et dernière partie liée à la Corée du Nord. Avant de poursuivre, je vous invite à relire les 2 premières parties, qui sont ICI et ICI si ce n’est pas déjà fait !
Pour mémo, voici les trois fondements du Juche :
– L’indépendance politique
– L’indépendance économique
– L’indépendance militaire

Nous avons donc vu que les fondements économiques (partie 1) et politiques (partie 2) sont plus ou moins remplis. Ce qui nous laisse le fondement militaire.

A l’issue de la guerre de Corée en 1953, la péninsule est divisée en 2, avec la Chine au nord et la Corée du Sud… au sud, où les troupes américaines sont présentes en masse. Cette présence militaire ennemie incite les autorités nord-coréennes à instaurer un service militaire de 10 ans et à développer de manière efficiente l’attirail militaire du Nord, en prétextant la protection du peuple nord-coréen.

Rapidement, la péninsule dispose d’uranium (via l’URSS) et de matériaux (via le réseau clandestin pakistanais « Kahn ») permettant l’étude et la création de bombes nucléaires. Aujourd’hui, il est impossible de savoir si c’est effectivement le cas et si la menace est réelle. Une chose est certaine, le budget consacré aux Armées représente près d’un quart du PIB et a pour seul but selon les autorités nord-coréennes, de disposer d’une armée prête à défendre l’entière péninsule en cas de réunification avec le Sud.
L’armée du Nord disposerait ainsi de 4200 chars (la France : 200), de 740 navires de combat (134 par chez nous) et de 70 sous-marins (Cocorico ? 10). Comme d’habitude, ces chiffres n’ont rien d’officiels et de confirmés, il s’agit d’une estimation, d’autant plus que le pays, ne s’étant que très peu développé sur le plan technologique, utiliserait des chars datant des années 40 et 50, abandonnés par l’armée russe après la Seconde Guerre Mondiale.
L’armée nord-coréenne est également connue pour ses défilés géants sur la place Kim Il Sung, dont on peut habituellement voir les marques au sol servant de repères pour le dit-défilé.

Crédit photo : Le Monde

Depuis l’arrivée au pouvoir de Kim Jong Un, le programme nucléaire nord-coréen s’est considérablement accéléré, faisant craindre le pire à la communauté internationale en 2017. Ajoutons à cela un Donald Trump côté américain, tout le monde a retenu son souffle pendant plusieurs semaines, le temps de désamorcer les tensions palpables.

A l’approche des Jeux Olympiques de Pyeongchang (du 8 au 20 février), la Corée du Nord a accepté d’envoyer des athlètes concourir, et même de défiler sous une bannière commune avec le Sud. On retiendra également la présence d’une équipe féminine de hockey sur glace composée de sportives du Nord et du Sud. Quand bien même les deux morceaux de la péninsule essayent de faire bonne figure sur le plan sportif vis-à-vis de la communauté internationale, le Nord continue d’organiser de gigantesques défilés militaires dont le prochain aura lieu… le jour même de l’ouverture officielle des JO le 8 février. Comme de par hasard.

La Corée du Nord ayant marquée l’année 2017, les médias regorgent d’articles et de sujets vidéo. Vous trouverez celui réalisé par l’émission Envoyé Spécial ci-dessous.


Sources :

JuchePolitique de Songun, Economie militiaire,  Tensions militaires, Liens avec la Russie,  L’arsenal nord-coréen,  Défilé nord-coréen,  Article sur la Corée du Nord,  Défilé militaire, Parade Militaire

Nath

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :