Le design coréen

Aujourd’hui je vous entraîne dans l’un de mes univers préférés, celui du design, plus particulièrement le design de produit (ou encore design d’objet).
Aussi loin que je me souvienne de mes cours d’histoire du design en BTS, lorsque notre professeur parlait du design en Asie, il s’arrêtait à un seul pays, le Japon et ses designers tels que Shiro Kuramato ou Isamu Noguchi. Mais jamais il nous a parlé du design en Corée du Sud.

Le design coréen est mal connu pour plusieurs raisons. Tout d’abord son histoire ne joue pas en sa faveur. Entre l’occupation japonaise qui n’a pris fin qu’en 1945, puis la guerre de Corée qui divise les terres coréennes en deux, la Corée du Sud n’a réellement commencé à remonter économiquement la pente que dans les années 60. (Pour en savoir plus sur l’histoire de la Corée je vous renvoie à nos articles précédemment écrits tels que celui-ci : Histoire de la Corée entre 1910 et aujourd’hui)

De plus, la Corée du Sud est réellement mise en avant au niveau international que vers la fin des années 80, voire au début des années 90. Et en 25 ans, il n’y a pas assez de recul nécessaire pour que des designers sortent du lot et créent un véritable mouvement pour qu’on en parle hors du pays et du continent.

Le design coréen qui est réellement connu du grand public n’est pas celui d’un artiste, ni d’un mouvement, mais celui de certains grands groupes tels que Hyundai et leurs voitures ou l’entreprise Samsung (et encore c’est plus le design de leurs téléphones ou de leurs tablettes qui est populaire).

Donc c’est un fait, le design de produit coréen est encore assez méconnu. Mais les choses tendent à changer. Certaines universités ont des départements spécialisés en design qui commencent à avoir une certaine renommée. C’est le cas de l’université pour femmes de Ewha, l’université de Hongik ou encore l’université de Kookmin. Ça reste toujours bien loin de la popularité de plusieurs écoles d’arts européennes tels que l’école de design d’Eindhoven aux Pays-Bas.

Nath photo design
Extraits de la biennale de St-Etienne

En 2015, la Corée Du Sud était l’invité d’honneur à la biennale internationale de design de St-Etienne, l’un des évènements majeurs dans ce domaine.

L’exposition permettait de voir autant l’art traditionnel coréen que le design moderne.
Nath, notre correctrice, s’est rendue là-bas et nous offre quelques photos des créations présentées à la biennale.


Dans cet article je vais vous présenter trois designers coréens, tous des designers spécialisés en design de produit.

Le travail de Song Seung Yong

Song Seung Yong est un designer coréen né en 1978 et qui a étudié à l’Ecole Supérieure d’Art et de Design de Reims en 2009.
Dans son travail il aime mêler le côté traditionnel de la Corée et ses souvenirs d’enfance. On y ressent également la recherche dans le travail du bois et de la lumière.
Il était présent à la biennale de St-Etienne en 2015.
Voici une de ses créations.

La Sarangbang : « Enfant, la maison que j’habitais n’avait ni clôture, ni barrière. Quand on ouvrait la porte d’entrée, on se retrouvait tout de suite projeté dans la nature. Aujourd’hui, cette maison n’existe plus, mais les souvenirs de ce moment sont restés et influencent mes créations. Les deux objets identiques peuvent se faire face ou se tenir l’un à côté de l’autre, ou bien être seuls. En ouvrant ou en fermant les portes, l’espace est connecté ou divisé. Même dans ce vaste espace, il est possible de se créer son propre espace confortable »

Sarangbang
Sarangbang
Song Seung Yong livret
Page du livret sur Song Seung Yong donné à la biennale.

Son site


Les créations de IISE

IISE sont deux frères américano-coréens, Terrence et Kevin Kim qui mélangent tradition et modernité pour proposer des sacs aux allures occidentales, modernes et urbaines mais fabriqués de façon très traditionnelle. Ils utilisent du tissu fait et teinté à la main dont le procédé utilisé est le même qu’au 13ième siècle.
Pour acheter leurs sacs à dos, il faudra débourser environ 330 euros.

Sac 04
Différents sacs créés par IISE

Leur site 

 


Le mobilier de Park Wonmin

Park Wonmin est un designer ayant terminé ses études à l’école de design d’Eindhoven aux Pays Bas en 2011 et travaille notamment en France et aux Pays-bas.
Dans sa collection de mobiliers Haze, on ressent l’influence d’un des designers néerlandais les plus connus, Rietveld, tant dans la forme de ses chaises que pour les couleurs employées.
Voici un petit extrait de son travail et de ses influences.

Design coréen pays bas
En haut, le travail de Park Wonmin. En bas les créations de Gerrit Rietvield faites en 1924.

Son site

Si cet article vous a plu, n’hésitez pas à l’aimer ou à laisser un commentaire et le partager. Il y a de fortes chances qu’un jour je vous fasse un article sur le design d’espace (l’architecture) et le design de communication visuelle (dont le design des CDs de Kpop fait partie).

Céline


Sources :
Page sur Song Seung Yong au musée d’art moderne et contemporain de St-Etienne
Cahierdeseoul.com – Song Seungyong
Cahierdeseoul.com – Park Wonmin
Université de Kookmin
Un article sur le design coréen
La Corée à la biennale de design de St-Etienne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :