Les contrats dans la Kpop

ContactKpop

(Mise à jour avril 2016)

On entend régulièrement parler de contrat entre les artistes et les agences. Contrat qu’ils signent, qui s’arrêtent, abusifs….. Autant de termes associés à ce mot.

Au final on a plein d’informations mais jamais rien de très ordonné.

          Je vais donc essayer de vous éclairer un peu plus sur le sujet. Sauf que je ne vis pas en Corée, que je ne connais pas le droit coréen, mais j’ai pu rassembler un certain nombre d’informations diverses qui peut largement aider pour une première approche.

  Un contrat, qu’importe le pays est une convention par laquelle deux ou plusieurs personnes s’obligent envers une ou plusieurs personnes à faire, donner, ou ne pas faire quelque chose.

En Corée, un artiste passe donc un contrat avec une agence.

 Exemple pour les agences de musique : L’agence s’engage à aider l’artiste dans son accession à l’univers musical. (Par l’enregistrement de chansons, la formation au métier d’idole et/ou artiste, la mise en relation avec des médias spécialisés tels que les émissions musicales… et le versement d’un salaire)
En contrepartie l’artiste doit suivre des règles plus ou moins strictes orchestrées par l’agence ainsi que l’exclusivité de l’image de l’artiste, afin de réaliser des bénéfices.

Durée des contrats

En moyenne, les contrats actuels sont signés pour une durée entre 3 et 7 ans. La tendance serait un engagement pour 5 ans, voir 3 ans. (La durée du contrat de Eric Nam avec la B2M était d’une durée de 3 années, Article Eric Nam)
Cela permet par exemple, aux agences de ne pas garder trop longtemps des personnes ne rapportant pas assez de bénéfices ou ne rentrant pas dans son objectif. Et pour l’artiste cela permet de pouvoir changer d’agence lorsque celui-ci estime ne plus avoir assez d’opportunité avec elle.
On a pu constater cela avec Thunder (Ex-Mblaq), qui à la fin de son contrat avec la Jtune, s’est tourné vers Apop pour la suite de sa carrière. Article sur Thunder
Ou bien Se7en qui ne continuera pas avec la YG. Article sur Seven
Tout récemment, c’est Minzy de 2NE1 qui ne renouvelle pas son contrat avec la YG Ent. Article sur Minzy

Auparavant la durée moyenne des contrats étaient de 13 ans. Cependant cela a été jugé abusif et progressivement les agences ont réduit la durée des contrats.

Contrat abusif – Contrat d’esclavage

Vous avez tous déjà entendu parler de ces contrats. Notamment avec les affaires JYJ, Hangeng et plus récemment EXO ou B.A.P et MR.MR
A l’intérieur on y retrouve des clauses contraires à la dignité humaine. (Surcharge des heures d’entrainement, restriction des visites de la famille, régime draconien obligatoire, et même passage sous le bistouri….)
En 2009, Jaejoong, Yoochun et Junsu assignent la SM Entertainment en justice pour contrat d’esclavage.
La justice a annulé le contrat estimant qu’en effet sa durée et ses clauses intégrées n’étaient pas conformes au droit (humain).
Suite à cela, toutes les agences ont modifié les contrats évitant ainsi des poursuites par leurs artistes.

Toutefois, ne croyez pas que maintenant c’est tout beau tout rose, il y a toujours quelques problèmes. L’affaire B.A.P sorti en 2014 montre que tout est loin d’être parfait. Article sur B.A.P
         Encore plus récemment il y a eu l’affaire Ryu du groupe MR.MR qui a dénoncé la violence de son PDG lorsqu’il a tenté de parler contrat. Article sur Ryu de Mr Mr

D’ailleurs la plus part des polémiques à propos des contrats abusifs concernent la plus part du temps plusieurs point. Le non-respect de la dignité humaine, le salaire couplé à une pression de la part des dirigeants et quelques fois suivit de violence. Et cela que ce soit dans les grosse comme les petites agences. Personne n’est épargné.

Le salaire

Je ne parlerais juste de la répartition des revenus et non de la somme gagnée.
Concernant la rémunération des artistes, cela se base principalement sur les bénéfices des ventes, promotions et autres activités des artistes.
Généralement, en début de carrière les idoles reçoivent 40% des bénéfices, le reste allant dans les poches de l’agence (En partie pour rembourser l’argent investi durant les années de trainee). Passant ensuite à une répartition égale (50-50), après plusieurs années de carrière, un artiste peut se voir recevoir 60 à 70% des bénéfices.

Il faut aussi prendre en compte le nombre de personnes dans un groupe et les activités des différents membres.
Habituellement, les agences font la différence entre les activités du groupe et les activités individuelles.

Lors des activités en tant que groupe, la part des profits restant aux artistes doit être divisée entre tous les membres. Donc plus il y a de personnes au sein d’un groupe, plus leur part reçue sera faible.
Les gains des activités individuelles sont reversés seulement à la personne concernée, entraînant des différences de salaire entre les membres d’un groupe.

          On a pu voir des polémiques concernant les revenus. Par exemple JunYoung de ZEA qui a dénoncé le salaire perçu lors de l’année 2014.
Article sur Junyoung

Céline

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :