L’éducation en Corée

Bonjour, bonsoir !

Après les vacances, voilà la rentrée, la reprise des cours/du boulot tout ça tout ça (oui je sais je vous déprime mais c’est la vie !). Pour vous remettre dans le bain ou vous motiver un peu, je vous propose un petit point culture sur le système éducationnel coréen. Bonne lecture !

Le système d’éducation en Corée du Sud est très réputé de par le monde, classé parmi les meilleurs. 97% des sud-coréens ont fini le lycée, ce qui est le pourcentage le plus élevé au monde. Mais c’est aussi un système critiqué à cause de sa dureté envers les étudiants.

En Corée, le cursus est divisé en 4 blocs :
▪ La maternelle, avec 2 niveaux : la crèche (0-3 ans) et la maternelle (4-6 ans) ;
▪ Le primaire, avec 6 niveaux, du CP à la 6ème (en équivalence française) ;
▪ Le collège avec seulement 3 niveaux, de la 5ème à la 3ème ;
▪ Le lycée, de la seconde à la terminale.

La maternelle est de plus en plus prisée par les parents au cours du temps, car elle a selon eux deux avantage : elles permettent de garder les enfants dont les mères sont de plus en plus souvent au travail et dont les grands-parents n’ont plus le temps de faire du babysitting ; et elles donnent un « avantage » sur les enfants scolarisés à partir du primaire. En effet, dès la maternelle les choses sérieuses commencent : certaines maternelles privées donnent leurs leçons en anglais par exemple, et toutes apprennent aux enfants à lire, écrire, calculer, à parler et écrire anglais et chinois.
Impressionnant pour des petits de 5 ans, non ?
Enfin ils jouent aussi, ces petits, et heureusement ! On chante, on joue au docteur pour
apprendre les parties du corps, on danse… Et à la fin, pour faire plaisir aux parents, cérémonie de remise des diplômes avec tenues, discours et petits chapeaux qu’on jette en l’air comme dans les films !

2

Et voilà l’entrée au primaire, ou les vraies leçons commencent : on y apprend le coréen sous toutes ses formes (compréhension orale et écrite, ainsi qu’expression orale et écrite), l’algèbre, la géométrie, les sciences naturelles et sociales, arts plastiques, éducation civique, éducation physique, histoire de l’art et musique. Comme chez nous, le maître ou la maîtresse est l’enseignant principal des enfants, à l’exception de matières spécialisées comme le sport ou l’anglais, qui sont enseignées par un autre professeur.
Il existe une polémique sur les châtiments corporels dans les écoles primaires coréennes : ils y sont interdits depuis 2011 (seulement !), mais de nombreux parents et professeurs se disent pour car ils seraient une solution à la « dégradation » de l’éducation qu’ils observent. C’est pourquoi de nombreuses écoles utilisent encore, malheureusement, ces pratiques désuètes.

1
Ensuite, à 12 ans (âge occidental), voici le collège. Le collège est, depuis la fin des années 80, choisi par un tirage au sort des élèves de primaire, pour les répartir dans les différentes écoles de secteur.
Au collège, de grands changements apparaissent dans le style de vie des élèves. On leur demande de prendre les études bien plus au sérieux, c’est pourquoi les règles sur les uniformes et l’apparence en général sont bien plus rigoureuses.

La journée d’un collégien se déroule en général ainsi :
– arrivée au collège environ ¾ d’heure/1 heure avant le début des cours, pour un
créneau d’au moins ½ heure consacrée à l’étude personnelle, à la documentation avec
EBS (Education Broadcasting System, chaîne télé consacrée à l’éducation) ou aux
tâches « administratives » de la classe.
– suivi des cours, divisés en blocs de 45 minutes, le matin et l’après-midi
– à la sortie des cours, suivi d’autres cours aux hagwons, écoles privées dispensant des
cours de la fin des cours officiels jusque tard dans la nuit
– après les cours du soir des hagwons, beaucoup d’étudiants vont faire du sport ou de
la musique, ce qui les fait rentrer bien après le coucher du soleil

3
Les matières dispensées au collège sont diverses : coréen, maths, anglais, sciences sociales, sciences naturelles et dures, histoire de la Corée, musique, arts, sport, éducation civique, technologie, hanja, et enfin éducation ménagère. Les élèves ont cours du lundi au vendredi, ainsi que le samedi bien souvent. En effet, il y a quelques années, les élèves avaient cours le 1er, 3ème et 5ème (quand il y en avait un) samedi matin du mois, et ces créneaux étaient censés être réservés aux activités de clubs, même s’il étaient bien souvent détournés au profit de cours conventionnels.
Même après avoir été interdits, les cours du samedi matin restent très répandus. A la différence des collèges français, ce ne sont pas les élèves mais les professeurs qui changent de classe.
Au lycée, le système devient encore plus dur. Il existe, comme en France, différents types de lycée :
• les lycées scientifiques, ceux spécialisés dans les langues étrangères, et ceux spécialisés dans les arts, pour lesquels il faut passer un examen d’entrée très sélectif ;
• les lycées généraux, qui ne se focalisent pas sur une matière mais se concentrent sur le fait d’envoyer les étudiants à l’université, pour lesquels il peut y avoir un examen d’entrée (mais pas tout le temps) ;
• et les lycées professionnels pour les élèves ne souhaitant pas poursuivre leurs études à l’université.
Les lycéens ont la vie dure en Corée : pour rentrer à l’université (particulièrement les SKY, le top 3 des universités coréennes : Seoul National, Korea et Yonsei), pas moins de 16 matières différentes à assimiler, des hagwons qui ouvrent jusqu’à 3 ou 4h du matin, des cours qui commencent vers 7h… Même si le gouvernement coréen taxe les hagwons ouvrant jusqu’à plus de 2h du matin, les études intensives ont la vie dure. Il y a même un adage qui dit que « si tu dors 3h par nuit, tu peux rentrer dans les universités SKY, si tu dors 4h par nuit, tu rentreras dans une autre université, mais si tu dors 5h ou plus (particulièrement pendant ta terminale), tu ne rentreras pas à l’université. » (Quand on sait qu’avec moins de 9h de sommeil je ne suis pas opé, heureusement que j’ai passé mon bac en France !). Les étudiants se privent même de voyages et de loisirs pour réviser,
et les plus rebelles ne sèchent pas les cours mais utilisent juste leurs portables en cours derrière le dos des professeurs (haha je suis une rebelle alors), et les plus sensibles (ou les très forts qui se plantent salement pour la première fois de leur vie) n’hésitent pas à se suicider pour ne plus avoir à faire face, bien triste solution symptomatique du malaise de toute une jeunesse trop stressée et mise sous pression.

4

Il y a 5 blocs principaux dans l’examen d’admission : mathématiques, langues, anglais,
sciences dures et sociales, et lettres classiques ou chinois. Après le lycée, la plupart des étudiants sont admis à l’université pour des cursus durant souvent 4 ans, d’autres entrent dans des universités « professionnelles » (au même titre que les lycées professionnels) pour continuer dans une voie moins longue et plus professionnalisante.

5

Voilà un rapide survol du cursus coréen, en espérant que vous vous sentiez heureux d’être français (pour une fois !). A noter que l’ont voit souvent le monde scolaire dans de nombreux dramas. School 2013 est un drama qui en plus d’une bromance montre bien la vie des étudiants (Problèmes comme moments de joie)

A bientôt pour de nouvelles aventures !

Alysse xxx

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :